Author

Deborah St-Victor

Browsing

Communauté noire : des visages inspirants en santé


C’est un samedi matin, sur Zoom, vers 8 h 30. Face à l’écran, les drapeaux du Sénégal, du Togo, du Ghana, d’Haïti, du Tchad et du Burkina Faso sont bien représentés. Quatre jeunes, âgés de 16 à 22 ans, sont visiblement impatients de poser leurs questions. Sur le visage des professionnels en santé jaillit une fierté motivée par le devoir d’apporter en chair et en os des réponses constructives et significatives pour l’avenir de ces étudiants. Cet échange communautaire reflète bien un souhait de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Celui d’encourager les jeunes noir(e)s à investir le domaine de la santé afin que le corps médical québécois soit à l’image de sa population diversifiée et lui offre de meilleurs soins.


L’avenir réserve
de belles surprises

Les rêves d’enfant
deviennent réalité

Pas question de signer
l’acte de décès
de ma profession!

Quand ta
passion devient
ton gagne-pain

Pas question de signer l’acte de décès de ma profession !

Si j’ai pu faire ma place ici comme immigrant malgré les nombreux défis associés à une intégration au système médical québécois, vous le pouvez aussi. C’est un parcours difficile, mais gratifiant et pas impossible. 

Emmanuel Patrice Valcin, MD

Qu’arrive-t-il aux médecins issus de l’immigration quand ils arrivent au Québec ? Ici, les politiques d’immigration visent à attirer « les meilleurs et les plus brillants ». En 2005, Dr Emmanuel Patrice Valcin, lui, a choisi d’émigrer avec sa famille dans cette province, comme travailleur qualifié, à cause du climat d’instabilité sociale et politique qui règne en Haïti. Mais surtout pour offrir à ses enfants un environnement favorable pour accomplir leur scolarité.

Les rêves d’enfant deviennent réalité

Quand j’étais en première année de médecine, nous n’étions que six étudiants noirs sur 300. Ça m’a un peu choquée. 

Nadège Zanré, médecin R2 en obstétrique et gynécologie

Belgique. Il y a 21 ans, Nadège Zanré est assise dans le bureau de son pédiatre. La petite Africaine de 7 ans ne dit rien, mais elle sent la main de sa mère se crisper dans la sienne. Sa mère est si anxieuse… mais les paroles du pédiatre la calment. Les doigts de sa maman se relâchent tranquillement. Nadège fixe son regard sur le docteur, émerveillée par la façon dont il l’a rassurée en quelques mots seulement. C’est à ce moment que la petite fille décide — dans son for intérieur — qu’elle sera un jour médecin. Aujourd’hui, Nadège est médecin résidente en deuxième année de spécialisation en obstétrique et gynécologie à l’Université de Montréal.

Quand ta passion devient ton gagne-pain

 Arrêtons de faire des versions santé de repas culturels, ce n’est pas nécessaire !

Sandrine Staco, nutritionniste/diététiste

« Ce n’est pas réaliste de suggérer à un(e) Haïtien(ne) de ne plus manger de riz ou des plantains ! Il n’y a pas de bons ou de mauvais aliments. Oui, certains aliments sont plus nutritifs que d’autres, mais tous les aliments ont leur place ! Il faut adapter le plan de traitement nutritionnel de chaque client en fonction de ces aliments. » Ce cri du cœur est celui d’une jeune femme de 26 ans d’origine haïtienne à ses collègues nutritionnistes-diététistes du Québec. Sandrine Staco s’intéresse particulièrement à l’alimentation culturelle et se fixe l’objectif louable de modifier la vision de la nourriture saine afin qu’elle soit inclusive à toutes les cultures.

L’avenir réserve de belles surprises

Les parcours sans obstacle n’existent pas. Il n’y a pas de cheminement parfait ; peu importe les circonstances, vous pouvez y arriver à votre façon.

Pape-Mamadou Sene, résident en médecine interne

Novembre 2004. 10 h 40. Accident majeur impliquant une camionnette et des piétons qui attendent à un arrêt d’autobus dans le quartier Côte-des-Neiges. Les images troublantes de la carcasse du véhicule témoignent de la violence de l’impact. Deux morts. Fractures multiples. Parmi les 7 survivants gravement blessés se trouve un adolescent de douze ans. Pape-Mamadou Sene. À l’heure actuelle, en 2021, il est un résident exemplaire en médecine interne à l’Université de Montréal.