Quand j’étais en première année de médecine, nous n’étions que six étudiants noirs sur 300. Ça m’a un peu choquée. 

Nadège Zanré, médecin R2 en obstétrique et gynécologie

Belgique. Il y a 21 ans, Nadège Zanré est assise dans le bureau de son pédiatre. La petite Africaine de 7 ans ne dit rien, mais elle sent la main de sa mère se crisper dans la sienne. Sa mère est si anxieuse… mais les paroles du pédiatre la calment. Les doigts de sa maman se relâchent tranquillement. Nadège fixe son regard sur le docteur, émerveillée par la façon dont il l’a rassurée en quelques mots seulement. C’est à ce moment que la petite fille décide — dans son for intérieur — qu’elle sera un jour médecin. Aujourd’hui, Nadège est médecin résidente en deuxième année de spécialisation en obstétrique et gynécologie à l’Université de Montréal.

Du Burkina Faso en passant par la Belgique puis au Canada, son parcours scolaire s’avère impressionnant. Il se démarque notamment par ses réalisations. Nadège a été sélectionnée comme lauréate de la Bourse d’excellence du comité équité et diversité de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, privilégiée aussi d’avoir trouvé des stages internationaux professionnellement enrichissants. Un premier, en Tanzanie. Un deuxième au Congo où elle a eu l’honneur de rencontrer le gynécologue congolais, le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018. Il est un autre visage inspirant en santé de la communauté noire. Dr Mukwege a déployé des efforts soutenus afin de prendre en charge les femmes victimes de violences sexuelles au Congo et mettre en lumière les atrocités vécues par celles-ci.

Offrir des soins personnalisés 

« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu’il est stupide ». Nadège exhorte les jeunes à croire en leurs capacités, inspirée par sa citation favorite, celle d’Albert Einstein. À force de critiquer le poisson en soi, celui qui n’arrive pas à grimper à l’arbre se prive souvent de valoriser ses forces. Une étude de 2016 démontre que même si 94 % des jeunes Noir(e)s de 15 à 25 ans ont déclaré qu’ils aimeraient obtenir un diplôme universitaire, seulement 60 % croyaient être en mesure d’en obtenir un. Un sentiment d’incompétence en est parfois la cause. Les pressions raciales, les inégalités sociales et le manque de représentativité représentent aussi un défi de taille tout au long de leur parcours scolaire.

Nadège se souvient encore de cette journée, dans la salle d’attente, où elle était la seule candidate noire pour son entrevue d’admission en médecine. « Quand j’étais en première année de médecine, dit-elle, nous n’étions que six étudiants noirs sur 300. Ça m’a un peu choquée. » En effet, seulement de 1,5 % à 3 % des étudiants en médecine sont noirs, signale le Dr Jean-Michel Leduc, professeur et chercheur au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie.

Pour la future gynécologue, il est d’autant plus important d’améliorer la représentation des jeunes noir(e)s dans le programme de médecine, car des préjugés privent les Noirs de soins. « Certaines pathologies touchent davantage les personnes noires, dit M. Kouassi, président de l’AMPRNQ et, aussi membre du comité équité et diversité de la Faculté de médecine. Une diversité d’étudiants va amener une diversité des connaissances qui sont partagées en classe, ce qui va bénéficier à tous ces futurs médecins. » Une situation qui a profondément touché Nadège est celle où une patiente Haïtienne a fondu en larmes dès qu’elle sut qu’il y aurait un médecin qui lui ressemble présent dans la salle pour sa césarienne.

Il n’y a pas d’hommes incapables.

Proverbe burkinabè

À 28 ans, Nadège Zanré, qui est de toute évidence promise à un bel avenir, rappelle aux étudiants que la principale motivation personnelle vient de l’intérieur de soi. « Il n’y a pas d’hommes incapables. », dit le proverbe burkinabè. Si un jeune, peu importe son origine ou sa couleur de peau, aspire à étudier dans un domaine en science de la santé, il le peut assurément. Nadège est une preuve vivante que l’affiliation des jeunes noir(e)s aux professionnels de leur communauté permet d’orienter un parcours scolaire vers la réussite dans un des domaines en science de la santé au Québec. Sa conviction inébranlable qu’elle exprime haut et fort : « Ne laissez personne vous faire croire le contraire. Ne donnez le pouvoir à personne de tuer votre rêve. Les comportements et les commentaires discriminatoires ne définissent pas vos capacités intellectuelles. Ils sont d’ailleurs à dénoncer. »


Malgré les embûches qu’un(e) étudiant(e) noir(e) peut rencontrer tout au long de son parcours, qu’est-ce qui vous a permis de garder votre motivation et de poursuivre vos objectifs ?

— Iman Djalal, 22 ans, d’origine tchadienne 
Université de Montréal, 1re année en science de la santé
Objectif : étudier en médecine
Passion : Décorer l’intérieur de sa maison et cuisiner


Je me questionnais au fur et à mesure, tout au long de mon parcours scolaire. Parfois, j’étais indécise à savoir quelle direction prendre. Les visites chez les conseillers en orientation m’ont beaucoup aidée, car ils m’ont informée et guidée dans mon choix de carrière. Les encouragements venant de ma famille et de mes amis m’ont surtout motivée à poursuivre mon rêve et incitée à croire en moi.

— Nadège Zanré, Burkinabè
Université de Montréal, médecin résidente en deuxième année de spécialisation en obstétrique et gynécologie
Passion : Voyage, sensations fortes (plongée sous-marine, escalade)


Auteure

Déborah St-Victor est née à Montréal de parents haïtiens. Elle est étudiante au baccalauréat en communication. Malgré son emploi du temps bien rempli, elle fait une place de choix à sa passion apparue lorsqu’elle avait 9 ans : l’écriture et la création. Ce projet d’écriture dans le cadre du cours RED3000A — Atelier de rédaction professionnelle — à l’UdeM, a été supervisé par sa tutrice, Geneviève Raymond (Gesansfiltre). Déborah souhaite livrer un message d’espoir pour tous les étudiant(e)s noir(e)s qui aspirent à investir le domaine de la santé.

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.