C’est mon karma. Je perds mon emploi aux trois ans, à mon anniversaire. Je suis victime des restructurations dans les médias québécois.

Au lieu de sombrer dans la déprime, je suis partie au Costa Rica sur un coup tête croyant quitter le milieu de l’information. Un réel ras-le-bol de travailler beaucoup trop au détriment de ma vie personnelle. Et aussi pour boucler la boucle.

J’ai visité ce pays en 2003 avec mon sac à dos avant de faire mon baccalauréat en journalisme. J’ai même raté mon avion quelques jours avant mon entrevue d’admission à l’université. Un acte manqué. J’aurais pu adopter le mode de vie tropical au lieu de me lancer tête première dans ma carrière.

Costa Rica 2016

En attendant l’autobus pour rejoindre le traversier à Puntarenas.

En juillet dernier, mettant mon insécurité financière de côté, j’ai décidé d’aller faire le vide en faisant du surf et du yoga à Santa Teresa, sur la péninsule de Nicoya. Ancienne capitaine de volleyball, le sport a toujours fait partie de ma vie. C’est le meilleur moyen pour moi d’évacuer le stress et les idées noires.

Après 7 heures de vol, 6 heures d’autobus et 90 minutes de bateau, je me suis retrouvée seule – à bout de nerfs – sur cet unique chemin de boue dans la jungle, à quelques mètres de l’océan.

Plusieurs personnes croisées sur ma route ont réussi à apaiser l’orage qui grondait en moi. Elles m’ont inspirée dans cette volonté d’écrire avec mon cœur, et non avec ma tête. Un passage obligé pour repartir dans la bonne direction…

Auteure

J'adore raconter des histoires! Souvent comme journaliste, ici comme chroniqueuse.

Écrire un commentaire